Au fond s’ouvre la porte d'aujourd'hui
et toi
tu entres dans le rond
tu marches
la rue dans ton corps
s'affirme enfonce tord distend
fait voir la fougue
alarme
ce qui est assis.

Tu es plusieurs.
Et chacun ne ressemble à personne
avec les autres,
chacun déploie les gestes
de son histoire
cherche comment épuiser ce qui colle aux os,
assaille le vide.

Existe dans la tension de vivre
la grâce d’une femme jeune d'été
venue d’un fleuve ou d’une enfance
jouer dans les herbes suaves,
qui entraîne loin le désir
dans la pudeur puissante de ce royaume
où aimer.

 

Johanne Jarry
avec "Eloge du puissant royaume" d'Heddy Maalem

(droits réservés: Johanne Jarry)